Wout van Aert "Si je suis sur le Giro, j’aimerais viser des victoires d’étapes."


Voir Wout van Aert se battre pour le maillot rose lors du prochain Giro d'Italia est une possibilité qui chatouille l'imagination de nombreux fans, mais pour l'instant cela ne devrait rester qu'une suggestion. Le Belge a parlé de ses projets pour 2024 sur le podcast De Rode Lantaarn, rejetant les rumeurs et spéculations sur ses ambitions pour le classement, après avoir lui-même confirmé que le CG du Giro ne sera pas son objectif principal pour l'année prochaine.

Van Aert modifiera partiellement ses plans pour la nouvelle saison, en commençant par renoncer aux championnats du monde de cyclocross, puis en réduisant son programme de classiques, basé également sur la participation au Giro et sur l'éventuel renoncement au Tour de France. Quoi qu'il en soit, le printemps (avec probablement la course olympique) reste la première pensée de Wout, en quête de rédemption après une année 2023 sans satisfaction "Je suis réaliste : courir pour le classement général n'est pas compatible avec les classiques, et je ne veux pas sacrifier les classiques. Si je suis sur le Giro, j’aimerais viser des victoires d’étapes."

Pour pouvoir viser un très haut classement, même avec un parcours moins sélectif par rapport aux dernières éditions, la préparation serait trop conditionnée par la forme sortant du monument sur les pavés, avec très peu de temps pour recalibrer l'attention sur "Les qualités de grimpeur de Van Aert". Le mois dernier, plusieurs indices avaient fuité de sources très proches du Team Jumbo-Visma (que l'on devrait s'habituer à appeler Visma-Lease a Bike dans quelques mois) concernant un optimisme général quant aux chances de classement de Van Aert, censé pouvoir viser un top cinq, mais la décision finale n'est probablement pas encore tombée.

Ce qui est sûr, selon ses déclarations, c'est que le coureur lui-même n'est actuellement pas convaincu à l'idée d'être au Giro pour s'occuper du classement général; il ne s'agit pas seulement d'une question purement rationnelle, mais aussi d'une recherche des bonnes motivations. "Par exemple, je pourrais même terminer cinquième, mais si pour cela je dois perdre beaucoup de poids et m'entraîner longtemps en altitude sans trouver de satisfaction, je ne pense pas que cela en vaudra la peine. À ce stade de ma carrière, je fais plusieurs choses qui m’intriguent et je trouve de la satisfaction à essayer de les combiner. Si je devais avoir des ambitions de classement, en réalité, ce ne serait pas de gagner, et je ne pense pas que cela vaudrait tous les sacrifices."

Van Aert a clairement indiqué qu'il n'était pas disposé à sacrifier d'éventuelles victoires, dont les défaites fréquentes ne sont qu'une partie du processus, et conditionnent tellement sa préparation pour viser une place "Je crois que tout est possible, mais donc jusqu'à présent, mes projets ont toujours été réalisables. Tout est question de victoires individuelles et d'équipes : si je partais pour un classement, cela m'intéresserait moins que d'essayer de gagner des courses."

Commentaires